Hommage à René Cloërec

Droits d'auteur musiques de film

René Cloërec est un compositeur de musiques qui a notamment brillé dans le cinéma des années 40 et 50. La Fondation Bersabée créée par les Petits Frères des Pauvres est légataire d’une partie de ses droits d’auteur. Honorons sa mémoire.

Date du bienfait

1996

Nature du Bienfait

Legs

TYPE D’ACTION

Hébergement

Localisation

Période de vie

1911 – 1995

lieu de naissance

Paris

STATUT

Testateur

profession

Compositeur

Vous avez aimé cet hommage, déposez une fleur.

31

Partager cet hommage

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Vous connaissez l’entraînant générique de Médiavision diffusé dans les salles de cinéma (Publicité de Jean Mineur) ou les musiques de « La Cage aux rossignols » de Jean Dréville en 1945 ou encore celles d’« Occupe-toi d’Amélie » en 1949. C’est à René Cloërec qu’on en doit la composition.

Le jeune René fait ses études à l’Ecole supérieure de musique de Paris d’où il ressort avec le premier prix de piano en 1928. Il fait ses gammes en tant que pianiste puis chef d’orchestre de music-hall.

Mais très vite, la passion du cinéma l’emporte… Au début des années 40, le cinéaste Claude Autant-Lara lui propose de composer les musiques de son film « Douce ». Les deux compères vont alors former un duo inséparable et le compositeur signe les musiques de tous ses prochains films : « Sylvie et le fantôme » en 1946, « Occupe-toi d’Amélie » en 1949 jusqu’au « Meurtrier » en 1963.

René Cloërec travaille aussi avec d’autres réalisateurs comme René Clément pour « Le père tranquille » (1946), Jean Delannoy pour « Dieu a besoin des hommes » (1950) et Jean Dréville avec « La Cage aux rossignols ».

Enfin il côtoie de près Edith Piaf pour qui il signe : « Paris-Méditerranée », « C’est toi le plus fort », et « Le grand voyage du pauvre nègre ».

Il se retire du cinéma en 1965 pour se consacrer notamment à la scénographie des châteaux de la Loire. Il vit alors des jours heureux aux côtés de son épouse Augustine, avec qui ils n’ont pas d’enfants.

La Fondation Bersabée, légataire universelle

Le couple Cloërec, n’ayant pas d’héritiers, se préoccupe de sa transmission. Prévenants, ils rédigent dès 1964, une donation entre époux pour le dernier survivant. Plus tard, en 1986, ils établissent ensemble un testament qui nomme comme légataires universels plusieurs associations qui leur sont chères dont la Fondation Bersabée – Fondation des Petits Frères des Pauvres.

René Cloërec décède à 84 ans le 13 décembre 1995 et est inhumé au cimetière communal de Vaucresson (92). Quant à Augustine Cloërec, elle s’éteint le 23 septembre 1996 à l’âge de 89 ans faisant alors hériter la Fondation Bersabée de 25 % des droits d’auteur de René Cloërec. Ainsi, la Fondation Bersabée perçoit une rémunération pour l’exploitation de sa musique et doit donner son accord pour la reproduction et la représentation de celle-ci.

Grâce à un legs comme celui-ci, la Fondation Bersabée, créée en 1977 par l’Association les Petits Frères des Pauvres, peut offrir un toit à ceux qui n’en n’ont pas. Ainsi, elle met à disposition des logements individuels ou regroupés en petites unités de vie ou en résidences sociales pour des personnes âgées ou en situation de grande précarité qui sont accompagnées par notre Association ou d’autres organismes.

Partager cet hommage

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Rechercher un hommage

Filtrer les hommages

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aussi, déposez un hommage !

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus vehicula facilisis pulvinar. Nunc tincidunt imperdiet ornare. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. In mattis feugiat leo, ut dignissim metus imperdiet vitae. Quisque in nisi tincidunt, maximus sem at, viverra metus. Aliquam tempor volutpat interdum. Nam libero nunc, molestie in ultricies vitae, condimentum rutrum urna. Etiam at mattis justo. Mauris accumsan ligula sed est convallis, nec finibus nunc tincidunt.